Smoke weed everyday

Next pageArchive

Je t’aimais tellement connard.

J’ai du mal a réfléchir depuis que tu es parti. Chaque matin est horrible, je me lève la boule au ventre, les yeux gonflés et le coeur déchiré. Maintenant que j’essaie de vivre sans toi, je ne sourie plus, je ne rie plus. Je te hais, je te hais, je te hais, je t’aime. Putain, je ne sais même plus quoi ressentir. Tu m’a noyée de chagrin, étouffée de larmes et frappée avec tes mots. Je ne te manques pas, je le sais. Tu ne m’aimes pas, j’en suis consciente. A cause de la souffrance que tu me fais subir, je suis devenue calme, distante, froide et agacée. Oui agacée par tout ces gens qui essaient de me remonter le moral, qui me parle et qui font tout pour me faire rire. Mais aucun d’entre eux y arrive. Il y a un vide enorme dans mon coeur. La grande place que tu y avais et que tu as quitter reste vide et effrayante par toutes les blessures que tu as laisser. J’ai beau dire que je ne veux pas que tu revienne, ma seule serait d’entendre un de tes “Je t’aime.”. Je t’ai dis que tu me manquais pas, mais le mensonge nous ronge moins que la souffrance. Je ne veux plus m’attacher a qui que ce soit, par peur de souffrir. Tu étais ma raison de vivre et de sourir mais quand tu es partis, le goût de la vie m’a quitter. Pourquoi tu m’as fait ça putain? Je t’aimais plus que tout, et toi tu m’as lachée, tu m’as détruite. J’ai besoin de toi, bordel. Vivre sans toi, ça me tue, crois-moi, je ne suis plus la même. Je te fesait peut-etre chier, mais j’étais amoureuse. Plus que jamais. Je t’aimais..

Un jour tu fumeras les cendres de mon coeur en guise de joint, et tu comprendras quand tu seras stone, combien j’allais pas bien.